IMG_0577

Projet fixie à petit budget

Difficile de ne pas tomber sous le charme des vélos rétro/modernes que sont les fixies. Malheureusement, pour ceux qui ont déjà mis le nez sur ce marché, il faut le dire, un pignon fixe neuf c’est (très) cher. Du coup il y a une bonne alternative à considérer : en monter un soi même.

Après un certain temps de réfléxion, motivé par un futur appartement en centre-ville et une part d’éco-responsabilité, j’ai décidé de sauter le pas et de tenter l’expérience d’un fixie pas cher en me fixant un budget de 200€ (soit environ 2 fois moins qu’un modèle neuf d’entrée de gamme). Ça ne va pas être facile mais qui ne tente rien n’a rien. Tout ça va se passer dans notre « temple of enthusiasm » Bordelais (qui mérite une petite présentation lui aussi, c’est pour bientôt).

Pour commencer j’ai trouvé un cadre (merci le bon coin) plutôt bien équipé et surtout en très bon état qui devrait faire une base parfaite pour le projet :

Après quelques jours de recherche désespérée (internet, magasins de vélo…), et alors que je m’apprêtais à « débrider » mon budget pour partir sur un set de roues Create, je suis tombé sur la perle rare. Une paire de jantes de piste Rigida d’occasion qui n’ont que 5 courses en vélodrome, autant dire quasi-neuves, montées sur moyeux Miche, à un prix assez exceptionnel. J’ai juste ajouté un pignon fixe 15 dents à tout ça.

Il faut ensuite passer au démontage intégral. C’est assez vite fait pour peu qu’on ait les outils, et ça permet de se rendre compte des pièces à changer si il y en a.

Puis, deux grosses soirées à la meuleuse pour remettre le cadre et la fourche en acier brut, ainsi que la potence et la tige de selle pour leur donner un aspect plus brillant, et un petit tour dans un magasin de bricolage qui s’impose pour récupérer peinture, pinceau et papier à poncer pas trop abrasif.

La peinture : C’est finalement un rouge basque, plus foncé que du rouge bordeaux, que j’ai choisi. Il faut compter deux heures pour peindre le tout en étirant bien (c’est très important), attendre 24 heures que la première couche sèche, poncer légèrement la peinture pour qu’elle accroche, et encore deux heures pour la deuxième couche. Le nombre de couche dépend de la peinture utilisée, ici on parle de peinture fer/antirouille pour extérieur appliquée au pinceau, ce qui ne necessite pas de vernis ni de 3ème couche, mais à la bombe (plus simple mais à priori beaucoup moins solide sur le long terme) il en faudrait probablement plus. Bref, une journée de plus pour que la peinture sèche et prenne sa couleur définitive.

J’ai aussi acheté quelques accessoires ici et là pendant la semaine (cintre, selle…), c’est du détail mais ça a tout de même son importance. Je passe donc au montage final. Un petit problème inattendu se pose : mon pignon fixe et le plateau du pédalier ne sont pas alignés, du tout. Rouler comme ça serait un peu trop dangereux et userait très vite la chaine et les pignons. Après quelques minutes de réfléxion on décide de monter le plateau à l’envers, à l’intérieur, en espérant que ça passe. Ce fut le cas à quelques millimètres près, la chaine est parfaitement parallèle au cadre. Et voilà le résultat :

Le vélo est terminé, résumé de ce que ça a couté :

  • Cadre complet (leboncoin) : 70€
  • Roues de piste (particulier) : 50€
  • Pignon fixe et contre écrou (magasin de vélo) : 19€
  • Cintre course (leboncoin) : 10€
  • Chaine (magasin de vélo) : 14€
  • Selle (occasion/magasin de vélo) : 20€
  • Peinture et pinceau (Leroy-Merlin) : 20€

Ce qui nous fait un total de 203€. Conclusion : plutôt que d’acheter un fixie tout fait à un prix démesuré, faites en un vous-même. Vous aurez la satisfaction de rouler avec un fixie fait maison, probablement de meilleure qualité que tout ce que vous pouvez trouver de « pas cher » sur le marché. La seule chose vraiment necessaire c’est la patience. Et le mieux dans tout ça c’est qu’il est possible de réduire encore le prix : On trouve des très bonnes bases aux alentours de 30€ en cherchant un peu, comme le Motobécane de Clément par exemple, qui fera aussi l’objet d’un article dans peu de temps.

Mise à jour :
Pour ceux qui hésitent encore à sauter le pas du pignon fixe mais qui veulent tout de même goûter aux joies de la restauration de vélo et à l’esthétique épurée, on a aussi consacré un article sur le Single Speed, alternative encore plus économique !